Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 14:57

Mr.Brainwash has just made a new mural in California for the Coachella Festival. Here are some photos/

Mr.Brainwash vient de réaliser un nouveau mur en Californie pour le festival de musique Coachella. Voici quelques photos/

48097_10151574372855358_1224510520_n.jpg

549699_10151574362430358_1502388643_n.jpg

Credit photos : Mr.Brainwash

Repost 0
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 09:12

Mr.Brainwash is releasing a series of collectible spray cans. Each spray can is made from iron and printed with an original label. Designed after a real spray can, the Mr.Brainwash spray can is empty and does not contain any paint or gas. The artwork is printed onto the can. Each can is hand finished with spray paint making each one unique. It will be available in 10 different colors plus 2 special eiditons in silver and gold. Each can will be signed, thumb printed, numbered and dated by the artist and will be sold in "as is" condition. Available here on thursday april 11th at 12PST. 10 colors at edition of 700, price : $350, Gold edition of 50 price : $500/

Mr.Brainwash va mettre en vente une série de bombes de collection. Chaque bombe est fait en fer et imprimée avec un label original. Dessinées d'après de réels bombes, elles ne contiennent ni peinture ni gaz. Le travail est imprimé sur la bombe. Chaque bombe est finie à la bombe, ce qui la rend unique. Disponible en 10 couleurs plus 2 spéciales en or et argent. Chaque bombe est signée, numérotée, avec le pouce de l'artiste. Elles seront vendues dans cet état. Disponiblesiçi  jeudi 11 avril à 21h heure Française. Les 10 couleurs seront faites en 700 exemplaires à 350$ et les éditions or en 50 exemplaires à 500$/ 

b.jpg

sp2.jpg

bombe

 

Repost 0
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 10:23

Artmore met French artist Tilt a few minutes before his Parisian exhibition "Magic & Destroy". 

 

Artmore: Magic or destroy?

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7538"Magic & destroy"

 

Tilt : Both. I need both. That's why this exhibition calls "Magic & destroy". I want to talk about the relation between what can be magic when we don't expect it at this moment. The magic of a pliers we don't expect right now, the magic of a skull, the magic of a train, the magic of a graffiti considered as dirty, the magic when TV stopped working, all this magic with a double meaning. I think i am destroy with my life, skateboarding, graffiti, that's my life, my world. I found something so beautiful that magic happens. So Magic AND destroy.

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7546"Magic & destroy"

 

Artmore : A childhood?

Tilt : Classic, with super cool parents who was very young, 16 and 18 old in the 70's, in the middle class in Toulouse, France. My parents was very open about what i wanted to do, skateboarding, out, graffiti. They let me leave my life whatever i wanted. A beautiful childhood.

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7550"Magic & destroy"

 

Artmore : Dreams of childhood?

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7551"Magic & destroy"

 

Tilt : Rather dreams of teenager. I had a lot and it was cool to materialize them. I was 14 and tried to explain to my parents that i wanted to be a professional skater. They told me "you are crazy, you have to make you studies", and when i was 17, i said to them that i wanted to be a graffiti artist and they still told me that i had to make studies. Thanks to them,  and i worked a lot, graffiti became a full time job, my dream comes true, and i'll never become a professional skater, it's a big frustration for me, but i am not good enough apparently!

 

Artmore : Beginnings?

Tilt : I am in nostalgia, this exhibition doesn't show it too much but i i work a lot on topics that relate to the nostalgia, i make much reference to childhood or my beginning. I have beautifull memories with stories, trips... I could talk 4 hours of my beginnings in graffiti, of what i felt the first time i saw graffiti when i came in New York in 1994 to see artists and discover THE city where graffiti born. My beginnings are magical, when you see that your passion is finaly an entire universe around the world with a big history, precursors, it's very strong and it became my life. But i miss my beginnings too, for example when i smell the odors of old sprays. For a long time, i've been frustrated by not having 16 years in the 80's in New York but when i see all "fake" artists today, i think it was not so bad to have 16 years in 1988 in France.

 

Artmore : Are you thinking there are many "fake" street artists nowdays?

Tilt : Yes, i am not a street artist but a graffiti artist. I think there are a lot of very good designers, illustrators, architects but they think they have to make their own stuffs in streets and take photos to publish them on blogs, twitter, instagram and said "ok, i'm in a street artist, i belong to this culture". But we have to think that graffiti has got a story, as i said, guys spent hours on tracks painting trains in streets, factories, traveling, and i find it pretty reductive today. I'm happy to have made my own experience, traveling, exchanging photos by post mail because internet didn't exist and to see styles, influences. Making street art became something "trendy", it's not an alternative culture like before. Look Vuitton, Chanel and Hermes making clothes with graffiti. That's why i try to not see stuffs on internet, sometimes it hurts me.

 

Artmore : Bubble girls?

CLAVELTILT-5.png"Bubble girls"

 

Tilt : This project has been misunderstood. For me, it was a project on privacy, on photography, not at all on body painting, not a porn project. It was 4 hours on intimacy between 2 foreign in a faraway country with a girl, not a model, not a girl found on facebook. Just a girl who give me on photography what she won't give me if i hadn't painted on her. I have been shocked by the relationship between religion and nudity. We were freer in the 70's. Those girls took a risk of going in a hotel with a stranger and i also took the risk of making an illegal graffiti in their city, it was an exchange. The way i used my camera was close to painting because i use crappy camera and i do dirty pictures, and that's i am doing today in my painting. I go back to stuffs more primitive, basic, the bubbles.

VirginUSA.jpg"Bubble Girls"

 

Artmore : Panic Room?

PanicRoom4.jpg"Panic Room"

 

Tilt : it was a big surprise with of all views on internet. More than 10 countries have written to me. It was a big satisfaction. I was a little bit sad because it became something very design, like interior design. Disappointed also beacause a few years ago, i had painted a huge roof in Brooklyn where i wrote "MisTilt", an illegal stuff, very complicated to set up, with an incredible picture on New York view wich was 70 metersX17 meters. For me it was the masterpiece, not for its illegality because it was the largest graffiti ever made in New York. I'm in love with this city so i was very proud but for people it was just a photo, only graffiti and not a design stuff. That's internet...

CLAVELTILT-6"Miss Tilt" New York

Video "Panic Room"

 

 

Artmore : Atlanta?

8.jpg"Atlanta"

 

Tilt : I went out there with a model of a "Sex and violence" written on American flag everywhere. I wanted to make a punk style like in London where i made "Anarchy in the UK", a Sex Pistols's text.

TILT-ANARCHY-IN-THE-UK-1_906.jpg"Anarchy in the UK"

 

I thought it was a good slogan for America. But when i got to Dowtown Atlanta wich is a ghetto, a very poor area, i saw dealers, prostitutes, old gay walking with theirs dogs, i said i couldn't write "Sex and violence" in a flag. I got the idea to ask to 80 people to give me their names that i wrote on a large American flag. It has affected people to show their name, they had the impression of being part of a movement and i was very proud. The video is beautiful, i wanted to show in the video the lives of people in their neighbourhood.

Video in Atlanta

 

Artmore : Cities?

Tilt : If i had to choose two, it would be New York and Manilia in the Philippines for freshness of a movement because it's the beginning of street art. There are graffitis on the streets but not yet exhibitions. When i paint in the streets people come to tell me thank you, brings me strawberry juice and take photos with me. I have beautiful experiences over there. I fell in love with Filipinos. This city has a history, there is life on walls. Otherwise, New York is MY city.

Manila10.jpg"Manilia"

 

Artmore : Rant?

Tilt : The judgment of my work on only one exhibition. People have to look at internet, a fabulous tool for graffiti, to see work of an artist. People think " Bubbles Girl" was a porn stuff. They said that i'm doing bubbles for 10 years. I want to tell the people to take time to go see the work of an artist and criticize once they have seen all his work. You have to be faster, change your style to each exhibition. i always hear this critical on me. Mondrian made squares with colors for 15 years, Picasso has 60-years career, Roa made animals, Keith Haring and Basquiat are recognizable immediatly, they don't have 20 different styles. I have only 40 years. There is a pressure. That's why i try to not watching on the internet.

 

Artmore : Projects?

Tilt : I have an exhibition in Marseille on may 2nd at David Pluskwa Gallery then i'll stop exhibitions because it's a lot of pressure and stress. I will do walls, especially in Detroit, Bogota, Cagliari and Beirut. I want to make projects with my friend of Big Addict who will made beautifull videos and i will stay and enjoy cities to make true graffiti./

 

/Artmore a rencontré l'artiste Toulousain Tilt quelques minutes avant l'ouverture du vernissage de sa nouvelle exposition Parisienne "Magic  and Destroy". L'artiste, qui vit un peu nul part et partout, n'a pas de téléphone portable et vit cela comme une grande liberté. Très chaleureux, il nous parle de cette nouvelle exposition, de ses expériences et de ses projets. 

 

Artmore : Magic ou Destroy?

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7540"Magic & destroy"

 

Tilt : Les 2, j'ai besoin des 2, je pense, et c'est pour ca que l'expo porte ce nom, je veux parler parler du rapport entre tout ce qui peut être magique alors qu'on ne l'attend pas à ce moment précis : la magie d'une pince monseigneur que l'on n'attend pas là, la magie d'une tête de mort, la magie d'un train, la magie des tags considérés sales, la magie où la télévision s'arrête de marcher, la magie de tous ces trucs là avec ce double sens. Je pense plutôt être du côté Destroy par rapport à ma vie, le skateboard, le graffiti, c'est plus mon environnement et en grandissant j'y trouve quelque chose de tellement beau dans tout ca que la magie opère. Donc magic ET destroy.

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7543"Magic & destroy"

 

Artmore : Une enfance?

Tilt : Classique, avec des parents super cool qui m'ont eu très jeunes à 16 et 18 ans dans les années 70 dans un milieu prolétaire avec une Mamie femme de ménage et un Papi maçon. Des parents qui bossent dans une station service et vivent dans une cité HLM dans la banlieue de Toulouse. Mes parents ont été très ouverts sur tout ce que je voulais faire, le skateboard, sortir, faire des conneries, faire du graffiti et qui m'ont permis de découvrir mes 2 grandes passions, le skate et le graffiti, donc une belle enfance.

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7539"Magic # destroy"

 

Artmore : Des rêves d'enfance?

Tilt : D'adolescence plutôt J'en avais pleins et ça a été génial de les concrétiser. J'avais 14 ans et j'essayais d'expliquer à mes parents que je voulais être skater professionnel qui me disaient : "t'es fou, fais des études", et à 17 ans je leur disais que je voulais changer et devenir graffeur professionnel, ils me disaient encore que ça n'existe pas et qu'il fallait faire des études. Et grâce à eux et parce que je me suis accroché, je n'ai jamais été skater professionnel, c'est ma plus grosse frustration mais je ne devais pas être assez bon. Et puis, un de mes rêve s'est réalisé, c'est devenu un job à temps plein et pas juste un passe temps comme beaucoup de gens, même si c'est quelque chose que je respecte, d'avoir un boulot normal et de faire de la peinture à côté sans que tu gagnes ta vie avec.

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7545"Magic # destroy"

 

Artmore : Des débuts?

Tilt : Oui, je suis vachement dans la nostalgie, cette exposition ne le montre pas trop mais je travaille beaucoup sur des thèmes qui ont rapport à la nostalgie, je fais beaucoup référence à l'enfance ou à mes débuts. J'ai des beaux souvenirs de belles histoires, d'aventures à plusieurs ou seul, je pourrais te parler pendant 4 heures de mes débuts dans le graffiti, de ce que j'ai ressenti la première fois que j'en ai vu, de pourquoi je me suis mis dans ça, la vibe que j'ai eu quand je suis parti en 1994 à New York pour voir les précurseurs et découvrir LA ville où est née le graffiti. Mes débuts sont magiques, quand tu t'aperçois que ta passion est finalement tout un univers dans le monde entier avec une histoire, des précurseurs, et que ça à l'air d'être tellement fort que ça peut devenir ta vie et que ça le devient. Ce sont des débuts très forts. Mes débuts me manquent aussi, ne serait-ce par exemple que les odeurs des bombes qui ont changées. Pendant longtemps, j'ai été très frustré de ne pas avoir eu 16 ans dans les années 80 à New York  mais avec ce que je vois aujourd'hui dans le street art , les choses un peu déviantes, un peu "fake", je me dis que finalement je suis content d'en avoir eu 16 en 1988 en France, c'est déjà une expérience géniale.

 

Artmore : Parce que tu penses qu'il y a beaucoup de sous-street art, "fake" comme tu dis?

Tilt : Oui je me considère plutôt comme un graffiti artiste que comme un street artiste et. Je trouve qu'il y  a des dérives de mecs qui sont de très bons dessinateurs, de bons illustrateurs, de bons architectes et parce qu'ils ont une imprimerie à côté de chez eux, ils vont sortir des affiches en 4x3 et les coller en ville, puis faire un blog, un twitter, un instagram et vont se revendiquer de cette culture street art. Alors que si tu le prends au sens propre, c'est toute une histoire le graffiti, comme je te disais, ce sont des mecs qui ont passés des heures et des heures à arpenter les bords des voies ferrés, à peindre des trains à avoir cette activité en rapport avec la rue, dans les squats, les usines, les voyages, je trouve ça assez réducteur aujourd'hui. Donc oui les dérives existent et je suis très content d'avoir eu ce parcours de mes 15 premières années qui ont été du graffiti pur et dur à voyager, échanger des photos par courrier parce qu'il n'y avait pas les mails, et voir le style, les influences, qui fait quoi, dans quelle ville, ca a été tout un parcours. J'ai l'impression qu'il y a des choses un peu fausses comme un mec de 15 ans aujourd'hui qui se met au graffiti, au street art, ou au skate. Il n'y a plus la notion d'alternative, juste la notion de vouloir faire partie d'un truc Trendy et pas d'une contre-culture. C'est presque main stream maintenant, regardes Vuitton, Chanel et Hermès qui font des fringues avec des graffeurs alors qu'à l'époque on était dans de la culture alternative. C'est pour ça que j'essaie de ne pas trop voir de choses sur internet, de ne pas trop lire de blogs parce que ça me fait mal parfois.

 

Artmore : Bubble Girls?

CLAVELTILT-3.png"Bubble Girls"

 

Tilt : C'est un projet qui a été mal compris à l'époque. C'était, pour moi, un projet sur l'intimité, sur la photographie, pas du tout sur le body painting, ni sur le cul. C'était 4 heures d'intimité entre 2 étrangers  dans un pays lointain avec une fille qui n'est pas mannequin, qui n'est pas trouvé sur facebook, sur qui je vais dessiner plus comme un prétexte pour qu'elle me donne en photo ce qu'elle ne m'aurait pas donné si je ne lui avais pas dessiné dessus. J'ai été très choqué par le rapport entre la religion et la pudeur, on était plus libre avec l'image du corps et le cul dans les années 70. Ces filles prenaient le risque d'aller dans un hôtel avec un inconnu, je prenais également le risque de faire un graff illégal dans leur ville, c'etait plutôt un échange. La façon dont j'utilisais l'appareil photo était proche de la peinture parce que j'utilise un appareil photo pourri et que je fais des photos un peu sales, et c'est ce que je fais aujourd'hui dans ma peinture. Je reviens à des choses plus primitives, basiques, des bubbles. 

 

Artmore : Panic Room?

PanicRoom9.jpg"Panic Room"

 

Tilt : C'était un grosse surprise en termes de retour et de vues sur internet. Des dizaines de pays m'ont écrit. C'était vraiment une grosse satisfaction car j'ai dû toucher quelque chose. En même temps, c'était un peu triste parce que c'est devenu un truc très déco, très design, comme de l'architecture d'intérieur parce que ça devait parler aux gens. Déçu aussi parce qu'il y a quelques années j'avais peint un énorme toît à Brooklyn où j'avais marqué "Mistilt", un truc illégal, très compliqué à mettre en place, avec une photo incroyable sur toute la vue sur New York qui faisait 70 mètres x 17 mètres. Pour moi c'était la masterpiece, pas juste pour son illégalité mais parce que c'était le plus gros graffiti jamais réalisé à New York. Moi qui suis amoureux de cette ville j'étais hyper fier alors que c'est passé un peu à la trappe parce que ce n'était qu'une photo, du graffiti et que ce n'est pas quelque chose de design. Donc déçu aussi de voir qu'il faut aller sur ce terrain pour avoir un nombre de vues sur internet maximum. C'est apparemment le jeu du web.

CLAVELTILT-6"Miss Tilt" New York

Video "Panic Room"

 

Artmore : Atlanta?

4.jpgTilt à Atlanta

 

Tilt : Je suis parti là-bas avec une maquette d'un drapeau Américain écrit dessus "Sex and Violence" partout. Je voulais rester dans le punk car je venais de faire "Anarchy in UK" à Londres, un texte des Sexs Pistols.

_MG_9804_906.jpg"Anarchy in UK"

 

Je trouvais que ce slogan collait pas mal avec les Américains.  Mais quand je suis arrivé de ce quartier Dowtown Atlanta qui est un un ghetto, un quartier très pauvre, j'ai vu des dealers, des crackés, des prostituées, des vieux gays qui promènent leur chien, je me suis dit que jamais de la vie je leur mets dans la gueule "sex and violence". J'ai donc eu l'idée de demander à 80 personnes de me donner leurs noms que j'ai écris sur un gros drapeau Américain. Ca a touché les gens, ils montraient du doigt leur nom, ils avaient l'impression de faire partie d'un truc et j'étais très fier. J'ai vu des femmes pleurer parce que j'ai aussi mis le nom de personnes décédées que j'avais connus là-bas. La video est magnifique. Je ne voulais pas faire comme à Londres, le processus de quelqu'un qui peint un mur,  je voulais vraiment montrer la vie des gens dans leur quartier.

Video à Atlanta

 

Artmore : Des villes?

Manila2.jpg Tilt à Manille

 

Tilt : Si je devais en choisir deux, ça serait New York et Manille en Philippine pour la fraicheur d'un mouvement  car le street art en est à ses balbutiements. Il y a des graffitis dans les rues mais pas encore d'expos. Quand je peins dans la rue les gens viennent me dire merci, t'apportes du jus de fraises et se prennent en photo avec moi. J'ai vécu de belles expériences la-bas. Je suis tombé amoureux des Philippins.  La ville a une histoire, il y a de la vie sur les murs avec des patines, j'adore peindre sur des supports patinés. Sinon New York reste MA ville.

 

Artmore : Des coups de gueule?

Tilt : Le jugement de mon travail sur une seule expo. Les gens ne font pas l'effort d'aller sur internet, pourtant fabuleux outil pour le graffiti, pour voir le travail que j'ai fait avant. Ils jugent les Bubbles Girls comme étant un truc de cul. Ils disent que ca fait 10 ans que je fais des bubbles. J'ai envie de dire aux gens de prendre le temps pour aller voir le travail d'un artiste et de critiquer une fois qu'ils ont vus tout son travail. Il faudrait aller toujours plus vite, changer de style à chaque expos. J'entends cette critique sur moi et sur tous les artistes que je connais. Mondrian a fait des carrés avec des couleurs pendant 15 ans, Picasso a 60 ans de carrière, Roa fait des animaux, Keith Haring  et Basquiat sont reconnaissables tout de suite, ils n'ont pas 20 styles différents. Je n'ai que 40 ans et je trouve qu'il y a une pression des amateurs de street art. C'est pour ça que j'essaie de m'éloigner et de ne pas trop regarder sur internet.

 

Artmore : Des projets?

Tilt : J'expose à Marseille le 2 mai prochain à la galerie David Pluskwa. Puis j'arrête un peu les expos car c'est beaucoup de stress, de pression et je vais refaire des murs, notamment à Détroit, à Bogota, à Calgari et à Beyrouth. J'ai envie en ce moment de projets de murs avec mon ami réalisateur Big Addict qui fera de belles videos, ce qui me permet aussi de rester et de profiter des villes et de faire du vrai graffiti.

 

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7536

 

Credit photos : Tilt & Artmore

 

 

 

 

Repost 0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 19:16

Yesterday took place the opening of the new Tilts's exhibition in Paris @Wallworks Gallery. Here are photos. The interview will be online tomorrow. Stay tuned/

Hier soir avait lieu le vernissage de la nouvelle exposition de Tilt à la galerie Wallworks à Paris. Voici les photos. L'interview sera en ligne demain. Restez à l'écoute./

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7537

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7538

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7539

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7540

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7541

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7542

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7543

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7544

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7545

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7546

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7547

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7548

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7549

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7550

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7551

TILT-MAGIC-OR-DESTROY 7536

Repost 0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 18:10

Artist Jean-Michel Basquiat left behind a secret trove of unseen work in his former girlfriend's East Village NYC apartement befort he died in 1988. The painter made murals on Alexis Adler's apartement walls and doors in the 1970's. She nows plans to feature it in a book complete with this photos, sketches and notes he left behind./

Jean-Michel Basquiat laisse derrière lui un véritable trésor. En effet, Alexis Adler était la compagne de l'artiste de 1979 à 1980. Ils vivaient dans l'appartement de l'East Village à New York. Basquiat peignait alors sur les murs, les portes, les frigos et toutes les surfaces qu'il trouvait. Elle n'a rien touché et tout gardé, y compris ses notes, dessins et même une pièce de théatre. Le moment est vénu pour Alexis Adler de montrer ce trésor dans un futur livre présentant tout ce travail jusqu'alors inconnu/

basquiat n donna

Jean-Michel Basquiat with Madonna

 

Jean-Michel Basquiat "The radiant child"

 

 

Repost 0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 19:07

Miss Van in Brazil/

miss-van-brazil 1840

miss-van-brazil 1839

miss-van-brazil 1837

miss-van-brazil 1681

miss-van-brazil 1678

miss-van-brazil 1382

miss-van-brazil 1379

miss-van-brazil 1377

miss-van-brazil 0666

miss-van-brazil 0648

 

Credit photos : Miss Van

Repost 0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 19:05

Shepard Fairey will be release a new print "God Saves & Satan invests" on april 2nd on his website. A portion of the proceeds from the print will go to a, yet to be determined, common sense gun law advocacy group. This is an edition of 450, it measures 18x24 inches and comes signed and numbered by the artist for $50/

Shepard Fairey va sortir une nouvelle lithographie "God Saves & Satan invests" (Dieu sauve et Satan investi) le 2 avril prochain sur son site internet. Une partie des bénéfices ira à un groupe de défense des droits de ports d'armes. Cette édition sera édité en 450 exemplaires, mesure 45cm x 60cm signé et numéroté par l'artiste pour 50$/

500x665xGod-Saves-Satan-Invests-500x665.jpg.pagespeed.ic.Hy.jpg

Repost 0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 19:37

Bristish artist David Shillinglaw has just painted a big wall in Shoreditch, London in Great Eastern St. Here are photos and videos/

L'artiste Anglais David Shillinglaw vient de peindre un grand mur dans le quartier de Shoreditch à Londres. Voici les photos et videos/

579117 10151367187498564 344778788 n

9707 10151303852646415 1246641867 n

601213 446306462114801 612659950 n

Credit photos : David Shillinglaw & Poppy Zella Reed 2013


 

 

Repost 0
23 mars 2013 6 23 /03 /mars /2013 18:03

Dernières peintures de Miss Van/

miss-van 2036

miss-van 1410

miss-van 1969

miss-van 1075

Repost 0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 19:23

SC Gallery of Bilbao, Spain has just released on line a video "Market" from the Vinz Feel Free's current exhibition. This video shows the artist in his studio and in the street.

La Galerie Espagnole SC Gallery vient de mettre en ligne une video "Market" pendant l'exposition de Vinz Feel Free. Cette video montre l'artiste travaillant dans la rue et dans son studio/

Repost 0